Guide du mixage, sixième chapitre, le delay.

Mis à jour : juil. 13


Bonjour, aujourd'hui nous allons entamer le sixième chapitre du guide du mixage, pour ceux qui n'auraient pas lu les précédents chapitres, voici les liens : Premier chapitre, gain staging. Deuxième chapitre, l'égalisation. Troisième chapitre, la compression. Quatrième chapitre, l'eq dynamique. Cinquième chapitre, la réverbération. Maintenant que vous avez donné un peu de profondeur et de réalisme a votre mix grâce aux réverbes nous allons voir un autres outil intéressant, il s'agit du delay. Cet effet permet de faire beaucoup de choses mais je tiens quand même à préciser qu'il n'est pas toujours indispensable, je veux dire par là que je n'utilise pas forcément de delay sur tous mes mixs. Comment fonctionne le delay ? Le delay est un effet qui reproduit un phénomène acoustique naturel que tout le monde connaît et qu'on appelle souvent l'écho. L'écho est un phénomène acoustique de réflexion du son comme la réverbération, on pourrait dire, que l'écho et la réverbe, participent au même phénomène. Quel est alors la différence entre les deux ?

Tenez-vous dans une immense pièce vide comme un gymnase par exemple, et criez "bonjour". Le tout premier son que vous entendez réfléchi par les murs est un écho. Cet écho se transforme rapidement en réverbération lorsque le son est réfléchi sur une deuxième, une troisième et une quatrième surface. L'écho se distingue donc de la réverbération par son intélligibilité, on reconnaît le son d'origine. Chapitre 7 : le delay Les paramètres importants Type, il existe de nombreux types de delay qui vont avoir des sonorités et des utilisations complètement différentes, en voilà quelques exemples : mono delay, stéréo delay, ping-pong delay, ..


Time, ce paramètre règle le temps de retardement, en général les valeurs sont en millisecondes ou en BPM, ce qui est très pratique pour synchroniser le delay sur le tempo du morceau.

Feedback, ce paramètre contrôle le taux de réinjection du signal traité dans le système, si le feedback est au maximum, on obtient un larsen numérique.

Tap tempo, en tapant sur ce bouton dans le rythme du morceau, le delay-time se cale automatiquement sur le tempo.

Mix, ce paramètre nous permet de mélanger le son initial de la source (dry) avec le son qui sort du delay (wet), il faudra bien souvent le régler sur 100%.

Low-cut ou high-cut, certains delay possèdent des filtres pour changer la couleur des répétitions

Host, cela permet de synchroniser le tempo du delay avec le tempo du projet La pratique Il y a de nombreuses raisons et façons d'utiliser le delay, je vais donc me concentrer sur 3 principales utilisations que j'utilise souvent. Exemple 1 : Effet Haas et doublage

L'effet Haas est un phénomène psychoacoustique découvert par le Dr Helmut Haas en 1949. La loi stipule que lorsqu'un son est suivi d'une répétition de ce son avec un temps de retard d'environ 10 ms ou moins, les deux son seront perçus comme un seul son.

Cela concerne la façon dont nous déterminons la localisation spatiale du son. Étant donné que deux bruits avec un très court délai entre eux sont perçus comme un seul, l'emplacement spatial est déterminé par le premier son entendu, quel que soit l'endroit où le second est venu. Pour résumer, nous déterminons la source d'un son en fonction de ce qui arrive en premier à nos oreilles. Les réflexions ou bruits ultérieurs qui arrivent après un court délai donnent une impression de profondeur et d'espace et ne semblent pas être des sons individuels. Cas pratique Cet effet est excellent pour créer de la largeur stéréo sur des prises guitares par exemple. - Prenez une piste de guitare électrique rythmique mono, et dupliquez-la. - Appliqué en insert (et non via un bus) un delay de 16 ms sans feedback sur la piste dupliquée. - Placez le panoramique de la piste d’origine tout à gauche, et celui de la piste dupliquée tout à droite. Cela va créer la sensation d’une seule et large piste stéréo. Votre oreille ne percevra pas l’effet comme un delay, mais plus comme une sensation générale d’espace. Voyons ensemble le résultat obtenu avec deux pistes de guitares, pour cet exemple j'ai utilisé comme delay le plugin Sample Delay inclut dans Logic Pro.

On entend bien qu'avec le doublage des deux prises guitares, le son paraît beaucoup plus large et par conséquent beaucoup plus gros, un peu comme s'il y avait 4 guitaristes qui jouaient en même temps la même partie. Evidement il y a un inconvénient, l’effet Haas peut créer des problèmes de phase, ce qui peut amener vos pistes à s’annuler mutuellement, lorsqu’elles sont additionnées en mono. Pour remédier à ça, créez une version mono de la piste et gardez son panoramique au centre. De cette façon, lorsqu’elle sera additionnée en mono, la piste aura encore du niveau. Cette astuce est pratique pour élargir votre son de guitare mais je vous conseille quand même de faire deux prises différentes de la même partie. En effet en faisant faire deux prises au guitariste, vous allez retrouver ce phénomène de delay mais il sera variable tout au long du morceau ce qui sera beaucoup plus naturel. Exemple 2 : Le slap back delay

Le "slap back delay" est un effet souvent entendu dans les années 50 dans les styles pop, rockabilly, blues, soul ... Cet effet est souvent utilisé sur la guitare électrique, mais peut également être appliqué au chant. Il suffit d'envoyer la piste dans un bus et de mettre sur ce bus un delay avec un temp de retard court, dans la plage de 40 à 120millisecondes, aucun feedaback, et le signal avec le delay presque aussi fort que le signal d'origine. Cas pratique Voyons ensemble le résultat obtenu sur une prise voix, pour cet exemple j'ai utilisé le plugin Waves H Delay avec un delay de 66ms.

On entend bien l'effet de doublage sur la voix qui rajoute du réalisme à la prise, maintenant prenez le temps d'écouter l'effet en contexte.

Exemple 3 : Le delay au tempo La troisième raison pour laquelle j'utilise un delay, est de vouloir mettre en évidence un élément précis sur un passage précis d'un morceau, contrairement aux deux autres exemples, ce delay ne sera pas présent constamment mais sera envoyé via une automation. Dans ce cas précis on pourra ajouter du feedback voir même jouer avec ce feeback, et le temps du delay sera synchronisé avec le tempo du titre. Si votre plugin ne possède pas de bouton de synchronisation vous pouvez calculer la valeur du delay de la manière suivante : Delay = 60 000 / Tempo Exemple : 60 000 / 134 = 447 ms de delay (pour un delay à la noire) Petite astuce : lorsque vous avez trouvé la bonne valeur pour être synchronisé avec le tempo (dans notre exemple 447ms) rajouter ensuite quelques ms (maximum 10 ms), ainsi votre delay sera légèrement décalé par rapport à la rythmique du morceau et il ressortira légèrement. Ensuite à vous de vous jouer avec les automations d'envoi, de feed-back, de filtre, etc ... Cas pratique Voyons ensemble le résultat obtenu sur une guitare électrique., pour cet exemple j'ai utilisé le plugin Pulsar Echorec avec un delay au tempo.

Dans cet exemple précis j'ai envoyé le dernier accord de guitare dans le delay puis j'ai joué avec via des automations sur le feedback, le volume et la panoramique du delay, pour le faire apparaitre puis disparaitre quand la batterie reprend, il s'agit donc d'un delay vraiment ponctuel et artistique que l'artiste avait en tête pendant la composition du morceau. Si vous souhaitez entendre le titre en entier voici leur clip.

Si vous avez envie d'entendre d'autres exemples de delay avec le plugin Pulsar Echorec je vous invite à regarder cette vidéo de présentation de ce plugin qui est très polyvalent et en plus conçu en France !

Le prochain article nous verrons ensemble le traitement du bus master. Septième chapitre, le traitement du bus master.

Bonne journée ! Laurent

  • Facebook Homely Records
  • Instagram Homely Records
©2020 by Homely Records Studio.