Comment devenir ingénieur du son ?


Bonjour à tous, aujourd’hui je vais tenter de répondre à une question qu’on me pose souvent : comment devenir ingénieur du son ? Il s’agit d’un métier qui plait de plus en plus aux nouvelles générations mais avant de vous lancer, il est important de vraiment comprendre le rôle de l’ingénieur du son et les qualités nécessaires pour arriver à réussir dans ce milieu difficile.

1) Qu’est-ce qu’un ingénieur du son ? Avant de définir le rôle de l’ingénieur du son, je pense qu’il est important de préciser que le terme d’ingénieur du son est en quelque sorte un abus de langage puisqu’en France pour qu’on dise de quelqu’un qu’il est ingénieur il faut qu’il soit diplômé d’une école d’ingénieur ce qui veut dire un niveau master (Bac +5). En France très peu de professionnels du son disposent d’un bac +5 puisqu’il existe peu de formation dans ce domaine qui s’étale sur 5 ans. Ainsi il serait plus juste de dire technicien son, régisseur son, opérateur son, preneur de son, etc … Cela met en évidence qu’il existe en réalité énormément de métiers différents dans le domaine du son et dans différents domaines d’activité. Voici les principaux domaines d’activité ou les ingénieurs du son peuvent évoluer : - le cinéma

- la musique

- la radio

- la télévision

- la sonorisation

- le spectacle vivant

- les jeux vidéo Si l’on prend le domaine des concerts par exemple, sur un événement, il peut y avoir plusieurs personnes qui travaillent ensemble dans le domaine du son à savoir : - le technicien son plateau (qui sera en charge du câblage des micros)

- le régisseur son façade (qui sera en charge du mixage de la façade, c’est-à-dire ce que le public entend) - le régisseur son retours ( qui sera en charge du mixage des retours des musiciens) - l’ingénieur système (qui sera en charge de l’implantation et de l'étalonnage du système son façade) Sur un événement plus modeste la même personne devra occuper tous ces postes-là en même temps ce qui met en évidence la quantité d’aspects technique à maitriser. Si l’on prend maintenant le domaine du cinéma, il existe des dizaines de métiers différents dont voici quelques exemples : - le chef-opérateur son - le preneur de son - le perchman - l’assistant son - le mixeur - le monteur son Ainsi suivant le poste occupé et le domaine d’application, les diplômes ne sont pas du tout les mêmes, ce qui nous amène au paragraphe suivant, les formations dans le domaine du son.

2) Quelles formations pour devenir ingénieur du son ? Avant de choisir votre formation il est important de définir dans quel domaine d’application vous souhaitez évoluer, on peut les classer en 3 grandes familles bien distinctes : - l’audiovisuel (cinéma, télé, radio) - le spectacle vivant (concerts, spectacles, sonorisations) - la musique (studio d’enregistrement, composition, mao, jeux vidéo, sound design)


Une fois que vous avez choisi un domaine d’application, il existe énormément d’école et de diplôme différents, dont beaucoup ne sont pas vraiment reconnus par les professionnels et sont là uniquement pour faire de l’argent, c’est pourquoi il est important de bien choisir son école. Voici une liste non exhaustive d’école qui propose des formations dans le domaine du son et qui sont plus ou moins reconnues par les professionnels : ESRA ABBEY ROAD INSTITUTE SAE STUDIO M CFPM INA LOUIS LUMIERE ENSATT GRIM EDIF IRPA Il existe des écoles publics qui proposent un BTS audiovisuel gratuit mais difficile d’accès.


Pour choisir votre école n’hésitez pas à demander des avis sur des forums ou des groupes FB, à des anciens élèves pour savoir si la formation était à la hauteur, et si elle convient à vos attentes et ait vraiment adapté au domaine de compétence que vous souhaitez acquérir.

3) Devenir ingénieur du son en autodidacte ? Les écoles privées proposent des formations qui sont souvent hors de prix et quand on à 18 ans on n’a pas forcément 15 000 € pour financer ses études. Vous vous êtes sûrement dis : pourquoi ne pas apprendre le métier tout seul via des formations en ligne ? Vous pouvez apprendre un tas de choses via internet, mais ce ne sera jamais diplômant et surtout vous allez mettre des années à vous former convenablement. Vous risquez aussi de vous noyer dans pas mal d’informations qui peuvent vous sembler contradictoires au point de ne pas avoir les bases qui sont nécessaires pour aller plus loin. Je vous déconseille donc de vous former vous même si vous souhaitez vraiment faire carrière, surtout que n'aurez pas la possibilité de faire de stage. Même si vous ne souhaitez pas faire une formation longue sur plusieurs années, je vous conseille de prendre quand même une formation courte de 6 mois pour obtenir les bases de la théorie du son et de vous perfectionner ensuite vous-même.

4) Les débouchés après la formation Bien souvent quand on sort d’une école avec une formation diplômante et avec de très bons résultats, on est persuadé que l'on va très rapidement trouver du travail dans une super entreprise. Il faut savoir que la grande majorité des gens qui sortent des écoles ne trouvent pas du travail tout de suite voire n’en trouvent jamais et finissent par se réorienter. Il est très difficile de faire sa place dans ce milieu, déjà par ce qu’il n’y a pas autant de postes que d’étudiants qui sortent de l’école chaque année et ensuite il est important de comprendre que même si votre école vous a remis un joli diplôme sur lequel il est écrit « Ingénieur du son » en réalité pour l’instant vous pouvez seulement prétendre à un poste d’assistant d’ingénieur du son. Que ce soit en studio ou en live un patron ne vas pas vous confier un gros projet alors que vous sortez tout juste de l’école, il va falloir faire vos preuves. C’est pourquoi il est important je pense d’avoir une certaine humilité même si vous êtes arrivé majeur de promo et que vous connaissez tous les raccourcis claviers de Pro Tools par cœur. Le chemin est encore long et vous avez encore beaucoup de choses à apprendre avant d’être un vrai ingénieur du son, c’est d’ailleurs un des aspects qui rend ce métier si passionnant, on passe sa vie à apprendre.

5) L’importance du réseau Au-delà des compétences techniques, un ingénieur du son doit aussi savoir développer son réseau. Pourquoi ? Par ce que la plupart des ingénieur du son ne sont pas en CDI dans une entreprise mais ils sont intermittents du spectacle ou auto-entrepreneur. C’est pourquoi je pense qu’il est important d’avoir une mentalité de « chef d’entreprise », puisqu’à moins d’être en CDI vous aller passer votre vie à chercher des nouveaux contrats, des nouvelles missions, des nouveaux employeurs, des nouveaux artistes, etc … En plus de ça vous aurez bien plus de démarches administratives à faire qu’une personne en CDI (contrats, cachets, facture, déclaration Pole Emploi, …). Vous allez donc devoir vous créer VOTRE réseau dans lequel vous allez évoluer et peut-être pouvoir saisir des opportunités qui vont vous amener à rencontrer d’autres personnes et ainsi vous apporter de nouveaux contrats. J’ai souvent vu des techniciens dans le milieu du spectacle qui n’étaient pas forcément les meilleurs techniquement mais qui avaient pas mal de contrats grâce à leurs côtés « sociables » et « avenants ». En 2015 j’ai eu la chance de faire une Masterclass avec Michael Brauer, un célèbre ingénieur du son qui a travaillé notamment avec Coldplay, Luther Vandross, Aretha Franklin, Les Rolling Stones, Bob Dylan, Paul McCartney, Eric Clapton. Lorsque je suis arrivé dans cette formation, j’avais hâte que Michael nous révèle ses petits secrets de mixage mais le premier jour au lieu de nous emmener dans le studio d’enregistrement, nous nous sommes assis dans le parc et il nous a expliqué à quel point l’humain prime souvent sur la technique quand il s’agit de choisir un collaborateur avec qui travailler sur un nouveau projet. Voici un lien vers un article ou je parle de cette formation excellente. Ce fut une fois de plus pour moi une leçon, puisque j’avais tendance à penser que tout repose sur la technique.

6) Mon parcours Personnellement j’ai toujours voulu travailler dans le domaine du son depuis mon adolescence, quand j’étais au collègue je passais tous les samedis dans le magasin d’instruments de musique de mon père à essayer de comprendre le fonctionnement des tables de mixage qu'il avait en location. Apres avoir eu un mon BAC STI option génie électronique, je me suis orienté vers le Grim Edif à Lyon ou j’ai effectué une formation Régisseur son (Bac +2) qui est plutôt orienté dans le domaine du spectacle vivant. Pendant cette formation j’ai effectué un stage dans la Mjc de Rillieux La Pape, durant ce stage j’ai mixé les groupes qui passaient en première partie lors des concerts, ce qui a été mes premières expériences de mixage live professionnel et cela m’a également permis de commencer a créer mon réseau professionnel. Apres mon BTS j’ai très vite commencé à travailler en tant que Régisseur son d’accueil (intermittent) dans la Mjc et en parallèle j'ai commencer à suivre des groupes en tournées. En tant que régisseur son du groupe Charlie and the Soap Opera j’ai eu la chance de faire le son sur des gros festivals, ce qui a été très formateur pour moi. Quand on démarre dans le métier je pense qu’il est important parfois d’accepter de suivre des groupes qui ne peuvent pas forcément vous payer puisqu’il démarre dans le milieu mais qui vont vous offrir la possibilité de faire beaucoup de dates dans des lieux différents, avec des consoles et systèmes différents, cela est vraiment formateur. Lors de ces tournées je me suis rendu compte que le même si mon mix était bon, le résultat final dépendait beaucoup de la qualité du calage du système son, j’ai donc décidé de faire une formation au logiciel de calage Smaart Live a l’INA pour apprendre à calibrer des systèmes de diffusion rapidement. Apres avoir passé 5 ans à faire exclusivement du son live pour des salles de spectacle et des groupes différents, je me suis intéressé au domaine du studio en créant un petit home studio, mais très vite je me suis rendu compte qu’il me manquait des compétences puisque le live et le studio sont deux choses vraiment différentes. J’ai donc décidé de faire une formation prise de son analogique live en studio dans les studios de l’Hacienda ainsi qu’une formation mixage studio avec Michael Brauer. Grâce a ces deux formations-là et des heures d’entrainement sur des multi-pistes trouvées sur internet je me suis petit à petit formé à la prise de son et au mixage studio. Aujourd’hui 50% de mon temps est dédié au mixage live et 50% de mon temps est dédié à mon studio d’enregistrement qui ne cesse de grandir et se développer.

7) Conclusion Le métier d’ingénieur du son est passionnant mais demande beaucoup de patience pour y arriver. Ne vous lancez pas dans ce métier si vous n’êtes pas sûr que ce soit vraiment une passion pour vous. Il faut également savoir qu’il est rare qu’un ingénieur du son gagne plus 3 000 €/ mois donc ce n’est pas un métier qui va vous rendre riche. Il faut aussi avoir conscience que vous allez sûrement devoir travailler de nuit, et faire beaucoup de déplacements. Si après cet article vous avez toujours envie de vous lancer alors foncez par ce que si ça marche, vous serez heureux de vous lever le matin pour aller en studio ou en tournée. Bon week-end ! Laurent Poussineau

Posts récents

Voir tout